Mode clair

Nouvelles d'octobre : une pierre, deux coups

Publié le 23/10/2020Écrit par Vincent Finance

Catégorie : #actualités

Nouvelles du serveur et du matériel

Nouvelles machines

Par rapport à ce que j'avais présenté récemment dans cet article, j'ai procédé à une nouvelle mise à jour matérielle pour inclure deux changements importants qui serviront à maintenir notamment ma plateforme d'hébergement à un niveau acceptable pour les utilisateurs.

Le plus gros changement notable s’est fait entre Kilimandjaro et Narodnaia, mes deux serveurs maison.
En effet, je vous avais annoncé que j'avais commencé à faire une migration de mes services sur un vieux PC portable qui tournait sous OpenBSD, qui ferait office de nouveau serveur principal. L'expérimentation avait plutôt bien fonctionné et la plupart des services fonctionnaient bien, mais il s'avère que ce PC a un problème au niveau de son connecteur d'alimentation, ce qui entraîne son extinction immédiate de manière aléatoire (la batterie ne fonctionnant plus depuis des années). Comment dire que cela m'a dégoûté assez rapidement. Heureusement, les deux services importants n'avaient pas encore été déplacés, donc j'ai pu faire des modifications sans que les utilisateurs puissent remarquer quoi que ce soit (ce qui est le but d'un hébergeur en soi).
Dans l'urgence, j'ai récupéré un serveur IBM que j'avais acheté d'occasion et j'ai réinstallé un système sous Debian pour avoir un environnement propre et repartir rapidement sur de bonnes bases. Vu que tout semble remarcher correctement après réinstallation, j'ai laissé le tout en l'état pour migrer définitivement le reste quand j'aurai plus de temps. J'en ai profité ensuite pour déplacer mon instance Nextcloud sur ce nouveau serveur, opération plutôt compliquée vu que plusieurs problèmes de synchronisation empêchaient l'instance de fonctionner correctement jusqu'à ce que je change le fichier de configuration du serveur Web pour réparer tout ça.
Et comme si cela ne suffisait pas, récemment, une panne mécanique s’est produite sur Narodnaia et a entraîné une longue interruption de mon service de messagerie électronique, ce qui a montré clairement les limites de cette installation temporaire et a souligné l'urgence de la migration finale de ce service. En voyant cela, j’ai préféré tout migrer dans des conteneurs sur le serveur principal et dédier Narodnaia aux sauvegardes et aux données personnelles que je n’utilise pas souvent. La tour que j'utilisais jusqu'à alors a d’ailleurs été remplacée par une tour Dell que j’avais dans mon ancien stock et qui a la mérite d’être petite et fonctionnelle, ce qui suffit largement pour faire du stockage à long terme.

Pour résumer, mes deux serveurs maison ne sont donc plus ceux qu'ils étaient, mais l'avantage ici est que l'on possède du matériel fiable, des disques durs assez récents en grande quantité et un système de redondance qui évite les gros dégâts en cas de problème.

Comme autre changement, mon Raspberry Pi 3 va redevenir un serveur auxiliaire en cas de problème en hébergeant notamment un second serveur mail de secours et un serveur DNS supplémentaire. Pour cela, j'ai donc choisi d'installer Ubuntu Server dessus pour faire des tests d'intégration, vu que je suis surtout habitué au monde de Debian et de CentOS.
Pour ceux qui se demandent éventuellement pourquoi je n'installe pas toujours les mêmes outils, la raison est plutôt simple : j'essaye de me familiariser avec tout pour connaître le minimum requis et savoir me débrouiller quelle que soit la situation.

Grosse panne sur le serveur mail

Ces derniers jours, le service de messagerie a connu une grosse coupure d'une semaine environ, à cause d'un problème mécanique. En effet, un des six disques durs de mon RAID 5 a commencé à produire des bips inquiétants pendant 10 minutes avant de rendre l'âme complètement. Si ça peut rassurer, il s'agissait d'un ancien disque dur externe qui avait eu un souci électrique et qui risquait de toute façon de tomber en panne un jour (la seule question était de savoir quand). Même si la machine s'est mise à faire plusieurs erreurs d'écriture et a eu du mal à redémarrer, elle a fini par réussir à se relancer correctement et j'ai récupéré rapidement les dernières données pour les déplacer sur mon autre machine, comme je l'ai indiqué plus haut.
Ainsi, le temps de récupérer les données et de mettre en place un conteneur fonctionnel et optimisé pour les prochaines sauvegardes, la coupure a duré plus longtemps que ce que je pensais, notamment à cause de mes occupations universitaires et autres.

Je m'excuse d'avance pour les désagréments que cela a posé pour mes utilisateurs (notamment pour ceux qui utilisent le service pour leurs applications), mais je peux au moins vous assurer que cela sera moins problématique les prochaines fois, vu que le conteneur intègre maintenant les données des utilisateurs, les bases de données, le webmail, le serveur DNS primaire et tous les éléments nécessaires pour envoyer et recevoir le courrier.

Autant dire que ça devrait régler pas mal de problèmes en cas de migration ou de restauration et ça, c'est super appréciable.

Deux nouveaux services pour Automario !

En parallèle à tout ça, je suis heureux de vous annoncer que ma petite plateforme va accueillir deux nouveaux services à côté de ce que propose déjà ! Le premier sera libre d'utilisation pour tout le monde et n'aura pas besoin d'inscription pour être utilisé et le deuxième fonctionnera en inscription libre, donc pas besoin de formulaire dédié pour créer son compte !

Etherpad

Le premier de ces deux nouveaux services est un logiciel d'éditeur collaboratif qui permet d'écrire à plusieurs un même document, le tout directement depuis son navigateur. Il est basé sur Etherpad, une application en NodeJS largement utilisée par plusieurs associations dont Framasoft via leur service Framapad.
Le but de ce nouveau service ? Fournir une plateforme pour écrire des documents à plusieurs et aussi offrir une alternative à Google Docs (toujours selon le principe des CHATONS) et Framapad, vu que le service de Framasoft a connu une grosse augmentation de trafic et que les autres hébergeurs du collectif essayent de répartir cette charge au mieux.
J'avais fait des tests avec un autre logiciel, CodiMD, mais les résultats n'avaient pas été très concluants et la maintenance n'était pas forcément facile, vu qu'il utilise avant tout des conteneurs Docker. De plus, vu que les autres membres des CHATONS fournissent avant tout des instances Etherpad, il est plus simple de mettre en place une instance Etherpad.

OpenMeetings

Le deuxième service est un logiciel de visioconférence qui intègre en plus plusieurs outils intéressants par rapport aux logiciels de type Skype ou Zoom. Il intègre ainsi un système de tableau blanc où les participants peuvent écrire ou signaler un point important à l'aide d'un curseur, un outil pour importer des présentations PowerPoint ou LibreOffice Impress et des documents au format PDF et un système de tchat. Il est basé sur le logiciel Apache OpenMeetings, logiciel qui utilise notamment Java et Tomcat pour son fonctionnement.
Une des raisons de ce choix est due grâce à la simplicité d'installation d'OpenMeetings par rapport à Jitsi Meet, puisqu'il suffit de récupérer l'archive principale sur le site officiel, ainsi qu'un fichier contenant tous les paramètres pour lancer le tout en quelques minutes. À noter d'ailleurs que le site officiel héberge directement un tutoriel officiel qui est très complet et qui résume toutes les étapes d'installation, ce qui est un vrai plus par rapport aux autres alternatives.
La deuxième raison principale correspond tout simplement à un besoin pour mes études. En effet, durant le confinement, mes camarades et mes professeurs ont eu souvent du mal à organiser des cours en ligne, notamment à cause du manque de plateformes disponibles pour faire des conférences en vidéo et afficher des présentations en simultané sur plusieurs PC. OpenMeetings permet ainsi d'afficher simplement un diaporama et d'interagir tous ensemble sans que cela ne soit trop compliqué pour les utilisateurs, vu que tout le monde n'a pas le même niveau en informatique que moi par exemple.
Avec tout ça, j'ai donc eu l'idée de remédier à la situation pour installer mon propre serveur de conférences en ligne, car comme on dit souvent dans ma famille, on est jamais mieux servis que par soi-même.

Même si l'interface n'est pas forcément la chose la plus intuitive que l'on puisse trouver, l'ensemble des fonctionnalités est assez simple à utiliser et il est possible de rapidement mettre en place un espace convenable pour travailler et faire son cours en toute sérénité.
Néanmoins, la compatibilité des navigateurs n'est pas toujours optimale puisque seuls Firefox et Google Chrome supportent correctement la prise en charge de la webcam et du micro, donc il faudra prendre cela en considération avant de faire ses réunions. De plus, seul Chrome peut supporter le mode "Partage d'écran", dans le sens où je n'ai pas réussi à faire fonctionner cela sous MacOS. J'essaye toujours de faire au mieux pour mettre en place des solutions fiables et qui fonctionnent sur presque tous les systèmes (l'avantage d'avoir plusieurs ordinateurs à la maison).

Après tout, avant d'être administrateur, je suis avant tout utilisateur de mes propres services !

Et le débat sur la 5G ?

Pour finir, je voulais juste ajouter un petit mot sur ce débat électrique, vu que tout le monde semble être à l'affut du premier sujet polémique pour occuper ses journées. De ce que j'ai vu et entendu, je n'ai pas vraiment d'avis tranché et clair sur la situation, puisque tout le monde dit tout et son contraire.
Pour autant, je ne suis pas spécialement contre cette nouvelle technologie, puisqu'il s'agit avant tout d'une mise à jour de matériel existant et que cela fait partie d'un ensemble logique de l'évolution des technologies de communications à distance.

Contrairement à ce qui a été annoncé, l'adoption de la 5G n'oblige en rien à changer son téléphone, vu que la plupart des terminaux mobiles ne sont pas encore équipées des nouvelles puces et que certains modèles haut-de-gamme n'ont besoin que d'une mise à jour logicielle pour recevoir les nouvelles ondes. On peut très bien se contenter de la 4G pour vivre et cela ne fera de mal à personne. Je n'ai pas l'intention de remplacer mon iPhone pour l'instant et cela ne changera pas à priori.

Pour ceux qui sont adeptes aux théories loufoques et autres baratinages de bas étage, je pense qu'on a suffisamment de choses à faire et à étudier pour éviter de relayer des informations non vérifiées sur un sujet aussi récent que celui-là. Il est regrettable que des mauvaises habitudes, souvent moquées par certains, soient utilisées par ces mêmes personnes pour critiquer de façon erronée une technologie.
Si j'étais un poil taquin, je dirais même que certains sujets sont plus prioritaires que d'autres, quand avec quelle dextérité et quelle efficacité nos amis gouvernants gèrent notre pays (le sarcasme est présent). Mais bon, je divague et je n'ai pas vraiment de temps à perdre avec les démagogues des réseaux sociaux.

En attendant, je vous souhaite beaucoup de courage pour la suite, la bonne santé dans la mesure du possible ou un bon rétablissement pour les personnes malades et je vous invite à faire attention à vous et à votre entourage, car c'est important quoi qu'il arrive.


Un commentaire à ajouter ?

Pour ajouter votre commentaire, envoyez directement un mail ici