Un anniversaire de plus

Catégorie : #actualites

Tags : actualités, blog, ecriture, libre, projets, site

Salutations à toutes et tous,
En cette fin du mois de mai, je souhaitais revenir un peu sur le déroulement de la première moitié de l’année, notamment au niveau des articles que j’ai publiés jusqu’à maintenant, et sur l’avancée d’une partie de mes projets en relation avec mon site, mais aussi mes travaux de publication.
Je souhaitais également vous faire part de quelques réflexions que j’ai eues durant le courant de l’année et de ce que j’ai appris au fur et à mesure de l’avancement de l’année, vu que j’ai toujours envie de vous partager quelques-unes d’entre elles.

Sans plus attendre, voici le petit récapitulatif de cette première moitié de l’année.

Des poèmes et des poèmes

Comme je l’avais annoncé en décembre 2018, j’avais comme objectif de publier plus d’articles en rapport avec mon travail littéraire, notamment des poèmes ou des romans.
En ce qui concerne les romans, rien n’est encore programmé pour l’instant et je n’ai aucun projet en cours. Cependant, je commence d’ores et déjà à imaginer un petit scénario qui me semble intéressant à explorer et qui pourrait peut-être m’aider à rentrer dans le monde romanesque. Bien évidemment, je n’ai aucune prétention dans le domaine et il y aura sûrement des ratés dans ce projet, mais je pense que cela peut être une bonne base pour commencer à écrire de manière sérieuse et appliquée.
Après tout, il y a bien un début à tout, n’est-ce pas ?

Du côté de la poésie, il a fallu attendre deux mois pour que je trouve un rythme régulier pour imaginer, écrire et publier des poèmes et je dois avouer que je suis quand même content de cette prouesse. Cela faisait longtemps que je n’avais pas ressenti un tel besoin de m’exprimer et cela a donné un résultat plutôt intéressant selon moi.
Pour ces poèmes, je me suis inspiré des styles japonais du tanka et du haïku, deux formes courtes ayant la particularité d’obéir à un nombre strict de syllabes pour leur écriture. Comparé aux formes traditionnelles en français, cela m’a donné une bouffée d’air frais et m’a permis d’expérimenter des genres qui sont en dehors de ma zone de confort, ce qui est une bonne chose pour un écrivain en herbe !

Étant donné mon inspiration actuelle, je pense que d’autres devraient venir d’ici quelques jours, quelques semaines, tant que mon inspiration me le permet.

Quid de mon projet de CHATONS ?

En ce qui concerne mon projet de plateforme auto hébergée, l’avancement est un peu plus lent que prévu, même si aucun retard ne semble être à prévoir pour le moment. Une partie de mes services ont été transférés sur mon serveur personnel, à l’intérieur de conteneurs de type LXC (équivalent Linux de ce qui se fait sous FreeBSD), et je suis en train d’essayer de configurer une instance Mastodon pour les besoins de ma future plateforme.
Contrairement à ce que j’avais annoncé en décembre 2018, je suis de nouveau revenu sur une distribution de type GNU/Linux à la place de FreeBSD.
Parmi les raisons qui m’ont poussé à faire cette marche arrière, deux me semblaient cruciales : la première est que je souhaitais expérimenter la technologie du GPU Passthrough, une technique qui permet d’utiliser deux systèmes en même temps sur un seul ordinateur, grâce à deux cartes graphiques et un logiciel de virtualisation. Or, FreeBSD ne supporte pas encore cette technologie et cela ne semble pas prévu avant quelques années. La deuxième concerne les performances, puisque que j’ai constaté que Nextcloud se comporte mieux sous Linux que sous FreeBSD, autant au niveau du temps de réponse, qu’au niveau de la consommation des ressources.
De ce fait, je suis donc repassé sous CentOS comme système hôte pour mon serveur et à des conteneurs tournant sous Debian ou CentOS, en fonction des besoins et des envies.

Cependant, je possède encore un serveur sous FreeBSD et il risque de m’être utile plus tard, surtout sur le plan de la messagerie électronique (si j’ai besoin de passer par un relais à cause de mon opérateur). Il n’est donc pas nécessaire de s’inquiéter, j’aurai encore l’occasion de bricoler sous BSD (pour mon plus grand plaisir d’ailleurs !).

Je vous tiendrai au courant de l’avancement de mon projet dans un prochain article, dans tous les cas.

Une pomme dans mon jardin

Derrière ce titre un peu étrange se cache, en réalité, une petite évolution concernant le matériel que j’utilise au quotidien.
En effet, c’est finalement en avril 2019 que j’ai enfin décidé de sauter le pas et de découvrir l’écosystème d’Apple, après m’être tourné vers l’iPhone durant mon séjour au Japon. Ainsi, j’ai fait le choix d’acheter un nouvel ordinateur pour la maison, histoire d’avoir un bon environnement pour dessiner et programmer sans me prendre la tête, tout en ayant une excellente compatibilité avec mon iPhone. J’ai choisi de prendre un Mac mini dans sa version 2018, ce dernier ayant le meilleur rapport qualité/prix pour l’utilisation que je souhaite en faire et pour son évolutivité (c’est l’un des seuls Mac dont on peut démonter facilement pour en changer certains composants).

S’il est vrai que j’ai toujours été orienté vers le monde du PC tel qu’on le disait durant mon enfance, la marque à la pomme a toujours suscité un petit intérêt chez moi, notamment sur le plan des ordinateurs personnels. Malheureusement, leur prix les rendait inaccessibles pour moi et je ne me contentais que de ce que les gens en disaient via les réseaux sociaux ou YouTube.
Ce n’est que depuis l’université que je me suis mis à en tester de temps en temps dans les magasins, ce qui a fini par me convaincre de franchir le pas et d’oser investir dedans.

De ce que j’ai pu exploiter pour l’instant, je dois bien avouer que le système est bien optimisé et que travailler dessus est un réel plaisir, même si l’installation des logiciels est parfois un peu embêtante à cause de la signature non approuvée des logiciels (Apple force les développeurs à utiliser son App Store pour installer les applications sur ses ordinateurs, ce qui explique ce problème).
On peut dire que c’est un peu comme un rêve de gosse qui se réalise et je suis bien content de pouvoir en profiter.

Quel place pour le libre ?

Ayant franchi l’étape de ma 22e année vers le début du mois, j’avais en tête de réfléchir sur les convictions qui m’animent encore aujourd’hui et je voulais remettre en question quelques idées que je défendais depuis quelques années. En effet, si je compare le moi de maintenant avec celui qui était en première année de Licence, on peut dire que de nombreux progrès, mais aussi de nombreuses déceptions se sont produites tout au long de cette période.

Bien que certains choix semblaient justifiés à l’époque, je me rends compte au moment où j’écris ces lignes que certains d’entre eux ont changé de manière irrémédiable et que mon orientation vis-à-vis de la technologie est en train de prendre, contre toute attente, un tournant significatif. De ce constat, je souhaitais donc vous partagez une partie de mes réflexions vis-à-vis du libre et de sa philosophie.
Personnellement, j’ai l’intention de plus me consacrer à une utilisation personnelle des logiciels libres et de ne plus trop m’attarder sur une promotion ouverte de cette philosophie, bien que j’aie toujours l’envie d’en parler sur mon blog de temps à autre. Ce qu’il faut surtout comprendre est que je ne souhaite plus mettre tout le temps en avant cette philosophie, et ce même si j’y adhère toujours autant. J’ai envie de prendre un peu de recul sur moi-même et j’ai envie d’investir mon énergie de manière utile et raisonnée.
Ainsi, bien que j’aie encore prévu de publier des tutoriels pour aider les gens à mettre en place un serveur sous Debian ou pour publier des articles en rapport avec certains projets associés au Libre, je n’ai plus l’intention d’autant m’investir dans tous les domaines qui touchent à cette philosophie et je préfère tempérer mes actions dans ce domaine. Par ailleurs, j’ai l’intention aussi de m’investir un peu moins sur les réseaux sociaux et de me consacrer plutôt à d’autres horizons et d’autres projets. L’ambiance anxiogène et toxique qui règne auprès de la communauté du Libre et les conflits qui peuvent y régner, notamment durant certains débats ou certaines prises de décision de la part d’acteurs de ce secteur (comme Qwant) m’ont fait comprendre que je devais changer d’approche et d’environnement pour mieux me concentrer sur l’essentiel.

Pour autant, je n’abandonne pas l’usage des technologies libres et open source et j’ai toujours la ferme intention de poursuivre mon avancée dans le domaine, pour continuer à partager avec les autres et à construire un environnement de travail serein et à mon image. On verra dans le futur si les résultats s’annoncent meilleurs et si mes efforts portent leurs fruits.

C’est ainsi que je vais conclure cet article par une petite photo que j’ai prise devant les bâtiments de la Bibliothèque Nationale de France durant un court voyage à Paris. Je vous dis à la prochaine et j’espère vous revoir dans un prochain article.
À bientôt !

Les bâtiments de la BNF à Paris, vers les quais de la Seine


Crédits photographiques


Un commentaire ?